« A ce moment là, rien n’est plus éloquent que le silence, et rien n’est plus expressif que le regard.

Et pourtant c’est un pays où l’on parle fort, où quand l’on se croise même les tapes dans le dos sont bruyantes. Mais c’est surtout un endroit ou quand les yeux parlent, la parole se tait.

Tout est en retenu, ils ont appris à dire les choses sans un mot.

Ce silence révèle les sentiments les plus profonds et les secrets les plus enfouis.

Ici quand on regarde l’horizon on y voit de belles montagnes, mais eux avec la dignité de leurs visages secs, y retrouvent les aventures et les mondes de leur enfance. Dans leur cœur il y a l’empreinte des chemins, des rochers, des animaux et des pâturages.

Leur terre, ils l’évoquent avec des étoiles dans les yeux, et des mots simples. Et le respect s’impose alors.

Et puis arrive le moment du partage, de la joie, la recherche du plaisir et de l’éclat des arômes, ils métamorphosent la vie en un art chaleureux et sonore, fait de rires et de chants. Leurs chants. Une façon encore d’exprimer sans jamais les dires, les émotions. Tout en pudeur.

Et vous verrez, si vous aussi un jour vous passez par là bas, vous saurez écouter les silences, parce que vous comprendrez que les mots ne disent pas tout.

Ibesurex : Les plaisirs les plus simples sont les plus extraordinaires. »

 

Alexandra Fernández (TOULOUSE)